Navigation de recherche

Navigation

Recherche

Revue de Presse du 15 juillet 2016

COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT SUR LA MARCHE DE GAO
Le gouvernement du Mali informe l’opinion publique nationale et internationale qu’une marche de protestation contre les autorités intérimaires qui s’est déroulée aujourd’hui à Gao a dégénéré et a occasionné trois (03) morts et des blessés tant du côté des manifestants que des forces de l’ordre.
Le Gouvernement déplore cette situation, buy dosage présente ses condoléances les plus attristées aux familles des disparus et souhaite un prompt rétablissement aux blessés
Le gouvernement exhorte les populations de Gao au calme et rappelle que le dialogue et la concertation doivent guider toutes les parties.
Le Gouvernement a décidé qu’une mission de haut niveau se rendra sans délai à Gao pour rencontrer les différentes composantes de la société et de la population afin de trouver dans le calme et la sérénité des réponses appropriées aux préoccupations des différentes parties.
Le Gouvernement s’engage enfin à diligenter une enquête indépendante et impartiale pour faire toute la lumière sur ces regrettables événements.

Bamako, le 12 juillet 2016

La marche de Gao d’hier matin a fait jaser la presse ce mercredi 13 juillet 2016.Presque, information pills toutes les publications de ce matin l’ont traité, sous des angles différents et avec un bilan des victimes qui varie selon les journaux.

« Marche contre la mise en place des autorités intérimaires à Gao : plusieurs morts et des blessés », tel est le titre qui barre la une du premier quotidien privé du Mali, ‘’L’Indépendant’’. Lequel, sans avancer de chiffres avance que : « les manifestants protestaient contre leur exclusion dans la mise en place des autorités intérimaires, prévue le vendredi prochain, ainsi que dans le processus de cantonnement ».

Il s’appelle Me Mountaga Tall. Il a occupé le portefeuille de ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, ask puis celui de l’Enseignement Supérieur, price toujours dans les gouvernements successifs du Premier Ministre Modibo Keïta. C’est lui qui vient d’être nommé, à la faveur du dernier remaniement intervenu le jeudi 7 juillet 2016, ministre de l’Economie Numérique et de la Communication, Porte-parole du Gouvernement.

Qui est Mountaga Tall ?

Il est né le 10 décembre 1956 à Ségou.

Après l’école coranique et le primaire à Ségou, Mountaga Tall fait ses études secondaires au Lycée Askia Mohamed de Bamako. Un baccalauréat en série « philo-langue » en main, il poursuit ses études supérieures de Droit à l’Université Cheick Anta Diop de Dakar où il obtient, en 1980, une maîtrise en Droit Public Interne.

Dans la presse présente dans les kiosques ce mercredi 14 juillet 2016, viagra dosage les commentaires ne faiblissent pas sur l’événement de Gao. S’y ajoutent, price d’autres sujets sociopolitiques.

Le quotidien ‘’le Républicain’’ consacre toute sa première page à l’événement : « -la colère des manifestants ne faiblit pas-les têtes du ministre de la Sécurité et du Gouverneur réclamés-des marches prévues, aujourd’hui, à Bamako et Tombouctou pour soutenir les contestataires ». D’autres journaux paraissent avec la même configuration de la une, notamment le bihebdo ‘’Le 22 Septembre’’. Ce journal range les titres à la verticale : « le dialogue social ensanglanté-Gao réclame le départ du Gouverneur Traoré-le Gouvernement annonce la création d’une Commission d’enquête -l’opposition apporte son soutien à la jeunesse de Gao-19 organisations et institutions de défense des droits humains dénoncent l’utilisation excessive de la force ». Un autre quotidien, ‘’L’Indépendant’’ fait sa manchette avec le coup de gueule du député Yaya Sangaré de l’ADEMA : « les Ministres assassins, qui ont tiré à balles réelles sur les enfants à mains nues, doivent s’assumer et démissionner ». Le quotidien ‘’Les Echos’’ reprend la même note musicale : «incidents meurtriers de la marche du mardi à Gao : l’opposition tient le Gouvernement responsable ». ‘’Le Challenger’’ donne l’ « honneur aux jeunes et la honte aux assassins du Peuple ».

Encore une fois en ce vendredi, thumb dernier jour de la semaine de parution des journaux, here la presse est revenue  sur l’événement de Gao. Cela avec en toile de fond : les marches de soutien d’hier à Bamako et Tombouctou et l’adresse à la Nation du Président de la République, visit SE.Ibrahim Boubacar Kéita.

« Evénements de Gao : marche de soutien et de solidarité à Bamako », voilà d’un trait le principal titre qui barre la une de presque tous les journaux. Le quotidien national ‘’L’ESSOR’’  a fait le récit succinct des deux marches de soutien, organisées concomitamment à Bamako et Tombouctou. Que si à Bamako, les marcheurs ont exprimé simplement leur soutien à leurs camarades de Gao, à Tombouctou l’événement a pris l’allure d’une tribune d’expression de doléances. « A Tombouctou, les jeunes ont profité de cette occasion pour demander l’intégration des dirigeants sportifs de la région dans les instances du football et la réhabilitation de leurs clubs dans les différentes compétitions » rapporte le journal, avant d’égrener le long chapelet de points de revendications exprimés par les jeunes tombouctouciens dans le domaine de l’emploi, du processus de DDR…  Avec son titre ronflant « Bamako dans la rue hier », le quotidien ‘’les Echos’’ évalue le nombre des marcheurs à « des centaines venus divers horizons ». Une manifestation, selon le même journal, organisée à travers les réseaux sociaux.

Le quotidien ‘’L’Indépendant’’ a brossé la déclaration lue par le porte-parole des marcheurs, Baba Dakono en trois points : « aux autorités de respecter la liberté de manifester, de prendre leur responsabilité et de faire la lumière sur cette situation ». Dans la même rengaine, ‘’Le Soir de Bamako’’ illustre sa manchette avec l’image du chef de file de l’opposition. « Soumaïla Cissé accuse le pouvoir pour son déficit de communication » pouvait-on lire. ‘’L’ESSOR’’ rassure : « la délégation gouvernementale promet une suite diligente aux doléances des jeunes ». Le bihebdo ‘’Le TJIKAN’’ publie l’intégralité du communiqué conjoint signé d’une part par la délégation gouvernementale malienne et d’autre part par le Mouvement de résistance civile, de la société civile de Gao et le collectif international de la diaspora des régions Nord du Mali. Dans lequel communiqué, ‘’L’Indépendant’’ porte son choix sur «  le report sine die de  l’installation des autorités intérimaires ». ‘’L’Info-Matin’’ par rapport à la gestion des manifestations de Gao, donne : « les preuves de la bonne foi du Gouvernement ». Le même journal est revenu sur les grandes lignes de ce que « IBK a dit ». Par rapport à cette adresse à la Nation, le quotidien ‘’Nouvel Horizon’’ s’enflamme : « la sortie ratée du Président IBK ». Laquelle, selon ce journal a laissé le peuple malien sur sa faim. « Les uns et les autres s’attendaient plutôt à un discours de poigne » estime le journal. Pour un autre quotidien, ‘’Le Républicain’’, le président de la République a exprimé son profond regret et s’est incliné devant la mémoire des gens fauchés à la fleur de l’âge lors des événements de Gao. « Ces incident sont regrettables et auraient pu être évités » a déclaré le Président IBK, selon le journal.

Dans un autre registre, des journaux continuent avec des commentaires sur le nouveau Gouvernement, issu du remaniement ministériel du 07 juillet. A cet effet, le bihebdo ‘’L’Infosept’’ a mis sur la sellette les ministres Abdoulaye Idrissa Maïga, Hamadoun Konaté, Nina Wallet Intallou et Kenekou dit Barthelemy Togo, traités des « ministres qui risqueraient de provoquer la chute du régime IBK ». ‘’Le Tjikan’’ soutient que le nouveau ministre de la Justice, Me Konaté « sème la panique dans les tribunaux ». ‘’Aujourd’hui’’ évoque l’affaire des élections consulaires de la Chambre des Mines comme un « dossier piégé pour le Ministre Tièmogo Sangaré ». En tout état de cause, le quotidien ‘’Info-Matin’’ soutient mordicus que par rapport au Gouvernement : « le Président IBK garde la main ».

CM DIAWARA

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires