Navigation de recherche

Navigation

Recherche

Agence Malienne de Presse et de Publicité

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, viagra clinic le mercredi 23 octobre 2013 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous la présidence du Président de la République, here Son Excellence Ibrahim Boubacar KEÏTA. Après examen des points inscrits à l’ordre du jour, le Conseil a adopté des projets de textes, procédé à des nominations.

AU CHAPITRE DES MESURES LEGISLATIVES

Sur présentation du ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, le Conseil des Ministres a adopté :

1°) Un projet de loi autorisant la ratification de l’Accord de financement n°5264-ML, signé à Bamako, le 18 septembre 2013 entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Association Internationale de Développement (IDA) relatif au Crédit d’Appui à la Reprise et à la Réforme de l’Economie.

Dans le but de renforcer les capacités de l’Administration, de préserver les progrès économiques accomplis ces dernières années et de relancer l’économie nationale, le Gouvernement de la République du Mali a signé le 18 septembre 2013 avec l’Association Internationale de développement (IDA), un Accord de prêt d’un montant de 33 millions 400 mille Droits de Tirage Spéciaux, soit 24 milliards 942 millions de francs CFA environ.

Ce prêt va contribuer au financement du projet de reprise et de réforme de l’économie nationale.

Les principales composantes du projet sont :

- le renforcement du contrôle et de la transparence budgétaire ;

- l’augmentation des dépenses en faveur des pauvres ;

- le rétablissement de la viabilité financière et de la capacité d’investissement dans les domaines de l’irrigation ;

- l’amélioration de la gestion des finances publiques et des investissements ;

- l’appui à la création des conditions nécessaires à une reprise rapide de l’économie.

L’Accord définit les conditions d’octroi et de remboursement du prêt. La ratification est une étape importante pour son entrée en vigueur.

2° Un projet de loi autorisant la ratification de la Convention de crédit n°CML 1297 02 D, signée à Bamako, le 4 septembre 2013, entre le Gouvernement de la République du Mali et l’Agence Française de Développement (AFD) relative au financement du Projet d’Amélioration de la Compétitivité des Entreprises par la Formation Professionnelle (ACEFOR)

Le Gouvernement de la République du Mali a signé à Bamako, le 4 septembre 2013 avec l’Agence Française de Développement (AFD) une convention de crédit portant sur un prêt d’un montant de 4 millions d’Euros, soit 2 milliards 623 millions de francs CFA environ.

Le prêt contribuera au financement du Projet d’Amélioration de la Compétitivité des Entreprises par la Formation Professionnelle qui vise à améliorer la compétitivité des acteurs économiques et à diversifier les solutions d’emplois pour les jeunes, en améliorant l’offre locale de formation professionnelle.

Les principales composantes du projet sont :

- l’amélioration de la qualité du dispositif de formation professionnelle en région ;

- la création d’une nouvelle offre de formation initiale qualifiante et de formation continue visant les métiers ruraux porteurs ;

- le renforcement institutionnel et le développement de partenariats ;

- la réalisation d’infrastructures et d’équipements ;

- les formations professionnelles rapides.

La Convention de crédit définit les conditions d’octroi et de remboursement du prêt. Sa ratification est une étape nécessaire à son entrée en vigueur.

AU CHAPITRE DES MESURES REGLEMENTAIRES

Sur le rapport du ministre de l’Economie et des Finances, le Conseil des Ministres a adopté un projet de décret portant approbation du marché relatif au recrutement d’une équipe mobile de renforcement des capacités des Communes urbaines des villes participantes au Projet d’Appui aux Communes Urbaines du Mali (PACUM).

Le Projet d’Appui aux Communes Urbaines du Mali s’inscrit dans le cadre des initiatives du Gouvernement en vue de la mise en œuvre de la stratégie de développement des villes du Mali. Il couvre les Communes urbaines de Kayes, Ségou, Mopti et le District de Bamako et vise à appuyer le renforcement des performances institutionnelles de ces communes et du District de Bamako.

Le présent marché conclu dans le cadre de la réalisation dudit projet porte sur le recrutement d’une équipe mobile de renforcement des capacités des communes urbaines. Les prestations de l’équipe visent à :

- apporter une assistance dans les différents aspects de planification, réalisation et gestion des ouvrages aux Conseils, Administration et Services des Communes Urbaines des villes bénéficiaires ainsi que ceux du District de Bamako,

- assister, autant que de besoin, les services déconcentrés de l’Etat dans l’exercice de leurs fonctions et rôles de soutien à l’amélioration des capacités des Collectivités Territoriales desdites villes.

Le marché est attribué, après appel d’offres, au Groupement Roche Ltée Groupe Conseil et ID Sahel pour un montant d’1 milliard 831 millions de Francs CFA environ et un délai d’exécution de 3 ans.

Le financement est assuré par l’Association Internationale de Développement (IDA).

AU CHAPITRE DES MESURES INDIVIDUELLES :

AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE :

Le Président de la République a informé le Conseil des Ministres des nominations suivantes :

- Conseiller spécial du Présidence de la République :

Monsieur Cheick Mohamed Lamine Ould CHEICK DAD

- Chef d’Etat-major particulier :

Général de Division Yamoussa CAMARA ;

- Directeur général de la Sécurité d’Etat :

Colonel-major Moussa DIAWARA.

Les Conseil des Ministres a procédé aux nominations suivantes.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE ET DES ANCIENS COMBATTANTS :

- Haut fonctionnaire de Défense auprès du Ministère de la Réconciliation nationale et du Développement des Régions du Nord :

Colonel-major Eloi TOGO.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’ECONOMIE ET DES FINANCES :

- Secrétaire général :

Madame SIDIBE Zamilatou CISSE, Inspecteur des Services économiques

- Conseillers techniques :

Monsieur Amadou TOGOLA, Inspecteur des Douanes ;

Monsieur Sidiki TRAORE, Inspecteur du Trésor ;

Monsieur Birama Sory SIDIBE, Attaché de Recherches ;

Monsieur Zoumana BAGAYOKO, Inspecteur des Douanes ;

Monsieur Ibrahima TRAORE, Inspecteur du Trésor.

- Directeur général des Impôts :

Monsieur Sidima DIENTA, Inspecteur des Impôts.

AU TITRE DU MINISTERE DU PLAN ET DE LA PROSPECTIVE :

- Chargés de mission :

Madame DIAW Mariam KONE, Journaliste,

Monsieur Souleymane DRAVE, Gestionnaire.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE :

- Chef de Cabinet :

Monsieur Hamadoun Ibrahima MAIGA, Juriste

- Chargé de Mission :

Monsieur Demba Adama KEITA, Ingénieur.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’URBANISME ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE :

- Directeur national de l’Urbanisme et de l’Habitat :

Monsieur Amadou MAIGA, Ingénieur des Constructions civiles.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE :

- Secrétaire général :

Monsieur Souleymane GOUNDIAM, Professeur principal de l’Enseignement secondaire.

- Conseillers techniques :

Monsieur Abou DIARRA, Professeur de l’Enseignement supérieur ;

Monsieur Alassane DIALLO, Administrateur civil ;

Monsieur Baba Diabé DOUMBIA, Professeur de l’Enseignement secondaire ;

Madame Kadida TOURE, Professeur de l’Enseignement secondaire.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE ET DE L’HYGIENE PUBLIQUE :

- Secrétaire général :

Monsieur Ousmane DOUMBIA, Pharmacien.

- Chef de Cabinet :

Monsieur Moussa GUINDO, Médecin.

- Chargés de mission :

Monsieur Markatié DAOU, Journaliste ;

Madame KEITA Agnès Marie Christiane TRAORE, Administrateur civil ;

Monsieur Chaga COULIBALY, Gestionnaire.

AU TITRE DU MINISTERE DE L’EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE :

- Conseillers techniques :

Monsieur Soumana SATAO, Administrateur du Travail et de la Sécurité sociale,

Monsieur Héry COULIBALY, Vétérinaire et Ingénieur d’Elevage.

- Chargés de mission :

Madame Lalla Khadeija EL OUMRANY, Sociologue,

Monsieur Kassim Ongoïba TIMBINE, Sociologue.

- Directrice nationale de l’Emploi :

Madame DICKO Fatoumata ABDOURHAMANE, Administrateur du Travail et de la Sécurité sociale.

- Directeur des Finances et du Matériel :

Monsieur Abdoulaye OUEDRAOGO, Inspecteur des Finances.

BAMAKO, LE 23 OCTOBRE 2013

LE SECRETAIRE GENERAL DU GOUVERNEMENT,

Mme DIAKITE Fatoumata N’DIAYE

Commandeur de l’Ordre National

 

Ce que le ministre Jean Marie Idrissa Sangaré a dit:
"C'est une Visite utile avec tous les sites vus, case les équipements, visit this le fonctionnement, les perspective de projets présentés. Aujourd'hui le grand défi de tout le département, c'est la transition vers le numérique pour être au rendez-vous de la mi-juin 2015 fixée par l'IUT.
Il ya besoin de déconcentrer les installations, accélérer les projets en cours.
J'ai vu un personnel à l'oeuvre dans un travail qui fascine et draine les passions du public. Il nous faut, pour aller de l'avant, changer de comportement pour donner davantage le meilleur de nous. Il faut travailler à l'émergence du malien nouveau.
L'information est un droit fondamental en démocratie et nous devons réussir ce service sacerdotal.
Il nous faut inventer des produits nouveaux et d'utilité publique. Donc il faut servir des programmes utiles en rapport avec notre patrimoine, notre culture, nos valeurs. Nous devons être au centre des grandes orientations de ce pays, en terme d'éducation a la citoyenneté, de valorisation de notre culture, des ressources humaines et matérielles.
Faites votre propre mutation en tenant compte des paramètres environnementaux. Les maliens de l'intérieur et de la diaspora ont soif d'information, de leur pays.
Nos ambitions ne sont pas insurmontables. Sortons les projets, suivons les, réalisons-les."


 

"Il faut inventer des produits nouveaux et d'utilité publique"
L'Ortm ferme la marche. Le ministre de la communication et des nouvelles technologies de l'information a bouclé ce jeudi la série de visites dans les services techniques relevant de son département par la "grande maison de Bozola" à savoir l'ORTM. Une visite longtemps programmée et plusieurs fois reportée. Au final, ask une visite utile qui a amené le ministre Jean Marie Idrissa Sangaré à aller à la découverte de sites et infrastructures passionnants et un personnel qui tient au slogan maison de "la passion du service public". Cela s'est senti sur les hauteurs du point G et de Kati avec leurs centres émetteurs qui permettent non seulement à l'ORTM d'inonder le Mali par ses programmes radio et Tv, remedy mais aussi à d'autres partenaires (Radio Chine en ondes courtes, Rfi, la voix de l'Amérique, Bbc en FM, les sociétés de télédiffusion Multicanal et Malivision, etc) de faire face à leurs prestations. Aprés Kati et le Point G, le ministre et ses collaborateurs ont eté reçus par le DG de l'ORTM, Baly Idrissa Sissoko et ses collaborateurs pour faire le tour des nombreux compartiments de la Direction générale. Tour à tour, le chef du département a visité la section avis et communiqués, les rédactions des Radio et Télévision nationales, les studios Tv et radio nationales, la chaine 2 et TM2, les archives sonores et visuelles, les cars video de reportage et de production, l'animation rurale. Partout, le ministre a échangé avec les techniciens et professionnels et posé quelques questions. La visite de près de trois heures s'est achevée par une rencontre avec le conseil de direction de l'Ortm. Le Dg Baly Idrissa Sissoko a renouvelé la satisfaction de la direction et du personnel pour cette visite très symbolique qui démontre tout l'intérêt du ministre de tutelle pour le service. Il a relevé les problèmes majeurs auquel l'office fait face et rappelé la détermination de son équipe à y faire face. Les mêmes difficultés ont été soulevées par le représentant du syndicat Mamourou Sidibé.
Repondant aux différents interlocuteurs, Jean Marie Idrissa Sangaré a fait part de sa satisfaction d'avoir pu effectuer cette visite et de voir l'ORTM dans ses différents compartiments. Il a exhorté l'ensemble de la direction et du personnel à aller dans le sens du changement. Cela devrait se sentir très rapidement dans les programmes offerts au public. "Il nous faut inventer des produits nouveaux et d'utilité publique. Il nous faut servir des programmes utiles en rapport avec notre patrimoine, notre culture, nos valeurs. Nous devons être au centre des grandes orientations de ce pays, en terme d'éducation à la citoyenneté, de valorisation de notre culture, des ressources humaines et matérielles" a dit entre autre le ministre.

L’Agence Malienne de Presse et de Publicité (AMAP) est un établissement public à caractère administratif (EPA) doté d’une autonomie de gestion.  

 

Créée en tant que service public central par la loi 79-5/AN-RM du 29 novembre 1979, no rx l’AMAP est héritière de l’Agence d’information du Mali (ANIM) née sous la première république.


Les modifications survenues dans le paysage médiatique malien après le 26 mars 1991, dosage l’activité déployée par la presse privée et une approche nouvelle du rôle des médias publics a incité le ministère chargé de la Communication à solliciter et obtenir du gouvernement un changement de statut juridique pour l’AMAP. Celle-ci est devenue depuis le 24 décembre 1992 un Etablissement Public à caractère administratif (EPA).

 

 

Le statut EPA qui confère à l’AMAP l’autonomie financière et lui octroie la possibilité d’utiliser ses recettes, pharm a nettement amélioré la prise en charge par la structure des missions qui lui sont dévolues. Il lui a notamment conféré une rapidité de réaction aux évènements et une souplesse d’approche des problèmes, deux atouts indispensables à toute entreprise évoluant dans les métiers de la communication.


La loi 92-036/AN-RM, qui lui confère cette nouvelle qualité, lui attribue les missions principales suivantes :


*Assurer la publication des titres de la presse publique en français, dans les langues nationales, la diffusion de toutes les informations susceptibles d’intéresser les citoyens maliens ;


*Publier tout ouvrage concourant à une meilleure information des citoyens maliens ;


*Rechercher, diffuser et distribuer contre paiement dans le pays et vers l’extérieur des informations nationales ;


*Mettre en œuvre la législation régissant la publicité en République du Mali ;


*Collecter, réaliser ou faciliter la réalisation d’objets ou œuvres publicitaires ;


*Assurer la régie des médias d’Etat et des tiers qui lui en font la demande ;


*Participer à la mise en place de toutes structures permettant le développement de la publicité au Mali.
La structure comprend une direction générale et quatre directions techniques que sont :  la direction de la presse en  français (ESSOR) , la direction de la presse communautaire, la direction de l’agence de presse et la direction de la publicité.

 

 

1 - Direction de la presse en français : ESSOR

L’AMAP dispose  d’un produit phare, l’Essor, qui est l’un des titres francophones les plus anciens de la sous région ouest africaine. Le quotidien possède le tirage le plus important de la presse écrite malienne en français : entre 8 000 et 10 000 exemplaires /jour.
Le journal a été créé en 1949 par l’Union soudanaise  RDA ( US-RDA) qui a conduit le Mali à l’indépendance en 1960 et a subi différentes étiquettes sous différents régimes. Aujourd’hui l’Essor est le quotidien d’information national.
Le journal est imprimé dans sa propre imprimerie et possède un site internet (www.essor.ml) mis à jour quotidiennement.
L’Essor édite une édition hebdomadaire, des pages hippiques, un supplément événement (L’Essor Plus), des numéros spéciaux ainsi que des suppléments publicitaires.
La distribution se fait par portage pour l’essentiel.

2 - Presse communautaire

L’AMAP édite actuellement trois titres mensuels de la presse communautaire : Kibaru en banaman (6000 exemplaires), Kabaru en peul (2000 ex.) et Xibaara en soninké (2000 ex.).
Tous ces titres ont subi en 2009 un profond lifting pour en changer le format et les imprimer en couleurs.

3 - Agence de presse

L’AMAP possède une agence de presse animée par un réseau d’une cinquantaine de correspondants locaux et régionaux. Tous les bureaux régionaux de l’agence ainsi que les bureaux de Niono et Koutiala sont informatisés et connectés à internet.
L’Agence édite deux bulletins hebdomadaires : « Mali Presse Infos » traite d’informations générales et « Eco-Infos » est spécialisé dans les informations économiques.
L’agence est abonnée au service AFP qui lui fournit les nouvelles du monde 24 heures sur 24. Elle envoie en direction de l’Agence panafricaine d’Information (PANAPRESS) les nouvelles importantes du  Mali ainsi les rencontres à caractère sous régional, régional, continental et mondial.

4 - Agence de publicité

Dans le domaine de la publicité, l’AMAP assure la régie publicitaire de l’Office de Radiotélévision du Mali, gère son propre réseau national de panneaux d’affichage et des supports tels que l’Essor,  l’Agenda national et édite des ouvrages spéciaux conçus par elle-même (1960-2010 Notre Mali, Mali 2000, Challenges maliens, etc.) ou sur commande comme l’Annuaire officiel du téléphone.
Sur un marché libéralisé, l’AMAP mène aussi des activités de conseil et de communication pour des clients publics et privés.
En plus de différentes prestations, l’AMAP  dispose et gère un important patrimoine photographique en phase de numérisation. Les photos datent de l’époque coloniale jusqu’à nos jours.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Informations supplémentaires